L’idée de réaliser quelque chose autour de la production de l’huile d’olive est venue d’un projet original initié en 2009. Il consiste à travailler les oliveraies de manière séparée : c’est à dire sous forme parcelleraire ; en les identifiant selon la nature des sols, leur exposition au soleil et la date de leur récolte. C’est ainsi que nos micros parcelles s’étendent au sud de Kalamata autour des villages de Madinia, Sotirianika et Kitries. Leur culture en terrasse, avec des arbres séculaires en bord de mer aux pieds du mont Taygète forment leur originalité. La récolte à la main des olives appelés koroneiki est soumise à un cahier des charges strict pour en obtenir le meilleur jus. Ce cahier répond à la volonté de supprimer les intrants (engrais azotés et pesticides), de ne pas irriguer les arbres et de presser les olives au plus vite, dans le but de présenter de véritables crus que nous espérons d’exception.

Panayiotis Gouzos dit TaKis

Notre rencontre est le fait de mon oncle, il m’en parlait comme d’un homme né dans les oliviers. La réalité est encore plus belle. Solide gaillard au regard fier, Takis est le digne descendant de ses ancêtres Maniates connus pour leur vendetta et leur mode de vie spartiate dans un paysage austère où seuls les oliviers et les rochers se disputent avec la mer. Il mène son équipe de récolte avec l’ardeur d’un général en guerre, s’occupant des oliveraies de la floraison à la récolte en passant par la taille. Il est en cela l’artisan principal de la qualité des huiles. Associé avec « Profil Grec » depuis 2010 dans l’idée de défendre la culture parcellaire, Takis suit un cahier de charges que nous avons co-construit et contribue ainsi à une production d’huile d’olive vierge extra de très haute qualité.

Des huiles et des femmes

Pour différencier les parcelles de chaque oliveraie, l’idée m’est venue de leur attribuer un prénom féminin. Elle a pour sens de rendre principalement hommage à ma mère et ma grand mère mais aussi aux femmes que j ai pu un jour admirer, aimer ou désirer. Plus sérieusement cela permet de représenter cet arbre magique sous un attribut féminin ; perpétuel accoucheur de fruits et représenté dans la mythologie comme le cadeau d’Athéna à la cité Athénienne.

Produits de la Mer

Zafiris est certainement le producteur le plus habité par son produit.
Troisième génération d’une famille de pêcheurs, il a réussi à porter ce « caviar de la
Méditerranée » issu d’œufs de mulet, à un tel niveau d’excellence que sa poutargue
est aujourd’hui mondialement reconnue par les plus grands gastronomes.

Pistaches

Au départ photographe, Henri Paul est venu s’installer à Egine pour les yeux d’une belle céramiste hellène. Il s’est ensuite converti à la culture de la pistache par la force des choses, sa femme possédant 600 pieds de cet arbre symbolique de l’île, qu’il fallait bien exploiter. Son travail sans pesticides, sa maîtrise de la salinité et de la torréfaction artisanale en font aujourd’hui l’un des meilleurs producteurs de l’île de ce fruit à coque aux vertus ancestrales.

Olives

Connue mondialement comme la « Queen O », l’olive de Kalamata se reconnait à sa
couleur aubergine, sa texture charnue, sa taille imposante et son goût incomparable.